Petite histoire de la p'tite Annick
 
 

Le verglas sévissait. L'université allait reprendre avec une semaine de retard. Ainsi débutait mon hiver en 1998. Elle s'appelait Annick. Je l'avais rencontrée au Café Campus lors d'un dimanche francophone. Elle rêvait au cinéma, de réaliser des films. Au même moment, le film Titanic faisait fureur.

Tous les éléments étaient là pour écrire «Ma petite Annick». Le jeux de mots n'est pas de moi. Je l'ai emprunté à l'auteur français Kernoa et à sa chanson «Titannik» qu'il avait écrite pour Stéphan Regginani. J'avais fait cette chanson que pour Annick, cependant c'est lors du show cool «maudit français» au Verre Bouteille que j'ai su qu'elle pourrait servir à autre chose, entre autre à rencontrer René Flageole . . .